Actualités

Le développement personnel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le développement personnel pour s'épanouir

A qui s’adressent concrètement les ouvrages de développement personnel ? Pour Lacroix, le développement personnel concerne les individus mentalement sains. Les psychothérapies se consacrent au processus de « guérison », l’autre cherche à déclencher une dynamique de « maturation ». En d’autres termes, le développement personnel ne s’adresse pas à des « malades » mais à ceux qui recherchent l’épanouissement.

 Jahoda caractérise la santé mentale par 6 concepts différents : 

  • l’attitude de l’individu vis-à-vis de lui-même ;
  • le style et le degré de développement, de croissance ou d’actualisation de soi ;
  • l’intégration des fonctions psychologiques ;
  • l’autonomie ;
  • une perception adéquate de la réalité ;
  • la maîtrise de l’environnement.
 

Le développement personnel pour se différencier

Le développement personnel coïncide très largement avec la notion d’individuation, cette démarche qui consiste à se différencier à tout prix des archétypes de l’inconscient collectif. Selon le psychologue Jung, l’individuation est « réalisation de son Soi, dans ce qu’il y a de plus personnel et de plus rebelle à toute comparaison », autrement dit… le développement personnel. 

 

Le développement personnel pour augmenter les émotions positives

Le développement personnel cherche à augmenter en quantité et en qualité les émotions positives. Or, Fredrickson et son équipe ont montré que :

  • les émotions positives étendent le champ de vision et les capacités cognitives ;
  • la positivité nous place sur une spirale ascendante : émotions positives, réussite personnelle et professionnelle, toujours plus de positivité ;
  • les émotions positives augmentent le sens d’inclusion et d’appartenance ;
  • les émotions positives facilitent l’expansion de conscience et un sentiment d’unité avec la vie entière
  • les émotions positives non seulement chassent les émotions négatives, mais elles rétablissent aussi l’équilibre physiologique. Elles joueraient un rôle de réinitialisation (comme un bouton « reset »).
 
 
 
 
Reconversion professionnelle : faire le pas

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Lassé par la pression, voire l'impression de non sens de votre emploi actuel, vous souhaitez changer de métier ? Un challenge pas toujours facile à relever... Surtout quand certaines peurs nous restreignent, quand certaines croyances limitantes nous bloquent. Face à la reconversion professionnelle, le spectre d'une insécurité matérielle peut, évidemment, nous amener à hésiter. Et pourtant. La sécurité intérieure aussi est vitale. Faire un plan d'action, mieux répondre à ses aspirations, gagner en estime de soi : autant d'étapes pour changer d'orientation de vie professionnelle sans trop d'appréhension. La coach en amour de soi, Nathalie Valentin, détaille, pour Passeport santé, les peurs qu'il est bien souvent essentiel de chasser...

Quels sont nos types de peur, voire nos croyances limitantes, quand on souhaite se reconvertir ?

Différentes peurs peuvent s'exprimer, face à un changement aussi radical qu'une reconversion professionnelle. Il y a évidemment une question de sécurité matérielle, souvent la première des peurs. Les personnes en couple pourront peut-être se reposer sur leur conjoint ou leur conjointe le temps de leur reconversion. Cette peur, légitime, dépend donc d'un aspect financier, car l'on peut être amené à se demander comment l'on va faire face à ses dépenses…

 

Il y a toujours plus ou moins, également, en chacun, une résistance au changement. Il peut alors être important de se faire accompagner, déjà dans un premier temps pour nommer ses peurs : car dès lors que l'on nomme la peur, elle perd de son pouvoir sur nous. La prise de conscience peut, ainsi, beaucoup aider. Ensuite, des techniques peuvent permettre de contourner, surmonter cette peur. Comme celle des petits pas, en y allant progressivement, en effectuant son plan d'action...

La peur du rejet des autres peut elle aussi être castratrice. Il y a beaucoup, dans la société, de ce qu'on appelle des croyances limitantes : celles qui font, que vous en soyez conscients ou non, que vous croyez en certaines choses qui vous sabotent. Il peut également s'y ajouter la peur de l'échec, et, même, la peur du succès…

En outre, ce qui freine parfois aussi un projet, sont ce qu'on appelle "les loyautés". Et ainsi, il y a par exemple une loyauté assez fréquente chez les femmes, qui est celle de ne pas faire mieux que son père...

 Le coaching, une thérapie brève qui vise à passer à l'action

Diverses techniques, voire thérapies, peuvent aider à trouver le déclic pour passer à l'action, à franchir le pas de la reconversion. L'une d'elles, on l'a évoqué, est le coaching, qui est également une forme de thérapie brève. La psychothérapie ou la psychanalyse vont se situer davantage dans un temps long, un travail sur le passé, et viseront à résoudre des problématiques parfois anciennes, en soi. Le coaching est plus court, et répond très souvent à une thématique bien particulière.

 Certains savent déjà quel type de reconversion ils souhaitent, d'autres vont, dans un premier temps, commencer par chercher à le découvrir. Diverses actions seront nécessaires, telle, parfois, que suivre une formation. Des actions plus intérieures, aussi, comme un travail sur l'estime de soi...
 

Personne vibre, qu'elle est en joie, c'est qu'elle a trouvé le choix qui est juste pour elle

Lorsque des personnes ressentent de vraies résistances à avancer sur leur projet, quelques séances avec un coach peuvent, ainsi, suffire pour aider à lever les blocages, et avancer. Prendre rendez-vous auprès d'une chambre de commerce et d'industrie est aussi une étape porteuse. Divers livres de développement personnel, voire des vidéos sur YouTube telles que celles du conférencier David Laroche, peuvent être utiles… A condition d'appliquer réellement les conseils !

Le plus important est, avant tout, on l'a évoqué, de se faire un plan d'action, planifier : les personnes souhaitant se reconvertir peuvent commencer par faire la liste de tout ce qu'elles ont à faire pour réussir leur projet, ainsi que celle de toutes les personnes à rencontrer, ou susceptibles de les aider.

 
Le cerveau reptilien

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Dans les années 1960, Paul D.MacLean, médecin et neurobiologiste américain, développa la théorie du cerveau triunique, détaillant une organisation du cerveau en trois parties : cerveau reptilien, cerveau limbique, et cerveau néo-cortex. Aujourd’hui démontrée comme obsolète et discréditée, on retrouve encore cette appellation de « cerveau reptilien » concernant une partie du cerveau héritée des reptiles il y a 250 millions d’années. Que signifiait, à l’époque de cette théorie, cerveau reptilien ? Quelles étaient ses particularités ? Quelle est la controverse qui a discrédité cette théorie ?

 Le cerveau reptilien selon la théorie triunique

Selon le Dr Paul D.Maclean et sa théorie établie dans les années 1960, notre cerveau est organisé en trois grandes parties : le cerveau limbique (comprenant l’hippocampe, l’amygdale et l’hypothalamus), le néo-cortex (comprenant deux hémisphères cérébraux) et enfin le cerveau reptilien, présent depuis 500 millions d’années chez les espèces animales. Ces trois parties communiquent entre elles mais fonctionnent comme des organes indépendants. Le cerveau reptilien est souvent nommé « cerveau instinctif », puisqu’il gère les fonctions vitales de l’organisme.

 

Cerveau ancestral et archaïque, le cerveau reptilien gère les besoins fondamentaux et la régulation des fonctions vitales de l’organisme :

  • respiration ;
  • température corporelle ;
  • alimentation ;
  • reproduction ;
  • fréquence cardiaque.

Aussi appelé cerveau « primitif », du fait de son existence chez les êtres vivants (poissons) depuis plus de 500 millions d’années, c’est le cerveau responsable de l’instinct de survie, déclenchant des réactions comme la fuite ou l’agressivité, les pulsions, l’instinct de reproduction en vue de la conservation de l’espèce. 

Il comprend le tronc cérébral et le cervelet, essentiellement ce qui forme le cerveau d’un reptile. Très fiable, ce cerveau a néanmoins tendance à être dans la pulsion et la compulsion. Insensible à l’expérience, ce cerveau n’a qu’une mémoire à court terme, ne lui permettant pas de s’adapter ou d’évoluer, comme le néo-cortex.

Impliqué dans des fonctions cognitives comme l’attention, il régule les réactions de peur et de plaisir. C’est un cerveau binaire (oui ou non), une même stimulation entraînera toujours la même réponse. Une réponse immédiate, semblable à un réflexe. En fonction de l’information donnée au cerveau, la prise de décision lui revient, et le cerveau reptilien prendra le dessus sur le cerveau limbique et le néo-cortex.

 
Pourquoi le cerveau reptilien serait indispensable, même en société ?
 

Les attitudes compulsives (superstition, troubles obsessionnels compulsifs) prendraient leur origine dans le cerveau reptilien. Egalement, notre besoin en société de s’en remettre à une autorité supérieure, ou encore notre besoin obsessionnel de rituels (religieux, culturels, traditionnels, sociaux, etc.).

On a tendance à croire que, pour vivre en société, l’être humain n’aurait besoin que de ses fonctions cognitives et de ses facultés émotionnelles, et donc ne ferait appel qu’à son néo-cortex et à son cerveau limbique. Erreur ! Le cerveau reptilien ne sert pas qu’à notre survie.

Outre notre instinct de reproduction qui lui est confié, et qui nous sert sans qu’on en ait conscience face à d’autres personnes du sexe opposé, il nous sert lors de certaines réactions qui nous sont indispensables à la vie en société. Par exemple, nous gérons notre agressivité, la notion de territoire et les comportements automatiques liés à des rituels sociétaux, religieux, etc.

Quelle est la controverse qui a discrédité le modèle établi du cerveau triunique ?

La théorie du cerveau établie par Paul D. Maclean dans les années 1960 a été très controversée ces dernières années par la recherche scientifique. On n’y dément pas l’existence d’un cerveau chez les reptiles, mais plutôt la correspondance entre leur cerveau et le cerveau appelé auparavant « reptilien » chez les mammifères, dont l’homme.

 Le cerveau des reptiles leur permet des comportements bien plus élaborés, associés au cerveau supérieur, comme la mémoire ou la navigation spatiale. Il est donc faux de croire que le cerveau reptilien se cantonne aux besoins les plus primaires et vitaux.
 

Pourquoi une telle idée reçue a perduré si longtemps ?

D’une part, pour des raisons de croyances sociales et philosophiques : le « cerveau reptilien » renvoie à la dualité de la nature humaine, que l’on retrouve dans les philosophies les plus anciennes. Par ailleurs, ce schéma triunique du cerveau semble être transposé au schéma freudien : les composantes du cerveau triunique présentent de nombreuses similitudes avec le « moi », le « surmoi » et le « ça » freudien.

Qu'est-ce que la communication non violente ?

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Comme son nom l'indique, la communication non violente est une méthode de communication fondée sur des qualités telles que l'empathie, la compassion et le respect. Si elle n'est pas une thérapie à proprement parler elle permet néanmoins d'aider au développement de ses qualités afin d'obtenir des relations plus apaisées avec autrui. La CNV a pour but un mieux-être avec les autres, mais également avec soi. Son apprentissage se fait auprès de formateurs ou de coach et peut s'appliquer au quotidien, en famille comme au travail, avec des inconnus comme avec des proches.

La méthode CNV

Cette méthode vise à créer entre les êtres humains des relations fondées sur l’empathie, la compassion, la coopération harmonieuse et le respect de soi et des autres. Il s’agit d’un outil de communication, principalement verbal, qui peut servir à la résolution de conflits entre deux personnes ou au sein de groupes. La pratique de la communication non violente permettrait également d’être en meilleure relation avec soi-même, de mieux comprendre ses besoins profonds et de prendre en charge, de manière autonome et responsable, les divers aspects de sa propre vie.

Il ne s’agit donc pas d’une thérapie, mais elle peut avoir des retombées thérapeutiques intéressantes.La CNV comme son nom l’indique est une technique de communication : Communication Non Violente ou bienveillante dans la mesure où elle est basée sur l’objectivité, l’expression de ses sentiments / ressentis / émotions, le respect de ses besoins fondamentaux et la capacité à faire une demande à autrui dans le but d’entretenir une bonne relation / communication.

 

 Les bénéfices de la communication non violente

L’intégration quotidienne des principes et des façons de faire de la communication non violente permettrait d’atteindre un état de compassion pouvant faciliter la résolution des conflits. En effet, chaque partie sait qu’elle peut satisfaire ses besoins propres tout en maintenant un esprit de collaboration mutuelle ; c’est le principe gagnant-gagnant. Même si l’un des interlocuteurs n’a aucune notion de communication non violente, le simple fait d’appliquer ce modèle de communication de manière scrupuleuse et honnête entraînerait inévitablement la relation sur un terrain plus harmonieux et favoriserait la résolution des conflits.

La communication non violente pourrait être bénéfique à quiconque désire communiquer avec plus d’authenticité et d’efficacité, c’est-à-dire à peu près tout le monde... En pratique, 2 types de personnes sont susceptibles d’en bénéficier tout particulièrement. D’abord celles qui, quand elles se sentent contrariées, ont tendance à se laisser submerger malgré elles par leurs émotions (culpabilité, colère, fermeture, rejet, jugement, honte). Ensuite, les personnes qui peuvent être régulièrement confrontées à des interlocuteurs potentiellement agressifs, comme les policiers, les fonctionnaires, les soignants ou même les enseignants.

Les parents y trouveront également un outil précieux pour améliorer la qualité de leur communication avec leurs enfants. Ils pourront du même coup leur transmettre l’empathie, la coopération harmonieuse et le respect de soi et des autres. La communication non violente peut également aider les couples à résoudre leurs conflits ou à améliorer la qualité de leurs relations.

Mentionnons enfin que, malgré sa simplicité, la méthode demande une bonne dose de détermination. En effet, il faut beaucoup d’exercice et d’application assidue avant que la communication non violente ne devienne une seconde nature et que l’on puisse, particulièrement dans les situations tendues, l’appliquer spontanément sans retomber dans ses vieux modèles de communication.

Les principes de la communication non violente

Il y a 4 principes dont nous pouvons nous souvenir en mnémotechnique par les sigles : OEBD qui signifient comme suit les 4 principales étapes à suivre pour apprendre la CNV :

  • Observation : rester sur les faits, doit avoir une vue objective de la situation (en mettant de côté nos jugements et nos évaluations).
  • Émotions : se poser la question “Qu'est ce que je ressens là maintenant ?”, identification des sentiments qu’éveille la situation (en les différenciant de nos interprétations et de nos jugements).
  • Besoins : idem se poser la question ensuite “Quel est mon besoin ?”, pour l’identifier et surtout le reconnaître en conscience et simplement.Identification des besoins liés à ces sentiments (aspirations profondes, motivations, etc.). Souvent nous sommes coupés de nos besoins alors que les écouter permettre une compréhension différente parfois de ce qui se joue dans la relation et par conséquent donc notre communication.
  • Demande : faire une demande claire, bienveillante à notre partenaire ou la personne avec qui nous sommes en relation, qui permet aux 2 d’interagir. La condition, effectivement, est de laisser chacun s’exprimer selon lui, mais le dialogue reste ouvert et la discussion au fil de la pratique plus calme, neutre et bienveillante. Formulation d’une demande en vue de satisfaire ces besoins (présentée de façon positive, concrète et réalisable).

Le comprendre et s’en souvenir peut paraître simple. La pratique est d’autant plus importante que nous communiquons rarement à partir de soi, de son “JE” et de l’expression de ses ressentis ou sentiments et besoins.

Back to top
alternative RH

© 2019 alternative RH
Site internet Marseille : SO & SOS Informatique